Hommage à Victor Hugo

 

Victor HUGO Le Printemps des Poètes 2002
sous l'égide de la
Société des Poètes français
dans le cadre de son centenaire

Hommage à Victor Hugo

 

Discours inaugural du mardi 12 mars 2002
à l'École Primaire Jules Ferry de Montmagny

 

Née à la suite des réunions commémorant le premier centenaire de Victor Hugo, La Société des Poètes français qui fête son centenaire, est heureuse de rendre hommage à ce géant de la littérature française qui fut jadis surnommé : « L'écho sonore de son temps. »
Né le 26 février 1802 à Besançon, en effet, Victor Hugo est aujourd'hui encore d'actualité. Et l'on n'a pas besoin d'aller chercher trop loin pour le comprendre.
De toute évidence nous vivons actuellement sous le règne de l'Europe unie matérialisée par une monnaie unique qu'est l'Euro. Puisse Victor Hugo se réjouir de là-haut que son désir soit accompli sur la terre. En 1855 dans la perspective des États-Unis d'Europe, c'est avec bonheur qu'il rêvait d' «une monnaie continentale ayant pour point d'appui le capital tout entier et pour moteur l'activité de deux cents millions d'hommes, cette monnaie, une, remplacerait et résorberait toutes les absurdes variétés monétaires d'aujourd'hui, effigies de princes, figures de misères.»
Victor Hugo, pour avoir connu la douleur de perdre sa fille aînée Léopoldine, fut le chantre de la douleur de l'humanité.
lecture
une élève de sixième du collège
Maurice Utrillo récite un poème
de Victor Hugo au cours de
l'exposition à l'école Jules Ferry
de Montmagny.
Il cultivait aussi l'amour des enfants à travers ses poèmes baptisés «L'art d'être grand-père». Humaniste, il défendait les plus faibles et s'opposait avec véhémence à la peine de mort et à la dictature. Aussi eut-il été banni par Napoléon III qu'il surnomma Napoléon le petit d'où son exil à Jersey et à Guernesay en 1851 à l'âge de 50 ans, lequel exil dura 19 ans. Homme de cœur, en 1862, il invita une fois par semaine à déjeuner une à deux dizaines d'enfants pauvres de Saint-Pierrre-Port. N'a-t-il pas écrit son testament : «Je donne cinquante mille francs aux pauvres. Je refuse l'oraison de toutes les églises, je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en Dieu. Victor Hugo.»
Ayant connu de nombreux drames humains comme la disparitions des siens dans des conditions épouvantables comme la mort de sa fille Adèle dans la folie, celle de son fils François-Victor de tuberculose etc., il ne lui restait que ses petits-enfants Georges et Jeanne sur lesquels il se replia.
Aussi ses derniers mots furent pour cette dernière : « Adieu Jeanne ». Poète, écrivain, romancier, journaliste, historien, critique, dessinateur, homme politique, auteur de théâtre, Victor Hugo est mort à 83 ans le 22 mai 1885 en laissant une œuvre d'une portée incommensurable qui s'inscrit durablement dans l'actualité. La dépouille de celui qui, à 14 ans s'écria «Je veux être Chateaubriand ou rien» fut suivie par un million de personnes de l'Arc de triomphe au Panthéon le 2 juin 1885. Cependant les souvenirs de ce génie continuent encore de hanter la mémoire collective.
Maggy DE COSTER
 
Les élèves du collège Maurice Utrillo
Les élèves du collège Maurice Utrillo de Montmagny manifestent leur
intérêt pour l'exposition et rendent hommage à Victor Hugo.
Membre de la SPF
Lecture de poèmes par les membres de la Société des Poètes Français.
Les enseignants
Les enseignants de l'école Jules Ferry et du collège Maurice Utrillo
autour du stand Victor Hugo mis en place par Maggy DeCoster.

expo

 

Les manifestations poétiques avec Maggy De Coster :